• Les différentes étapes du bilinguisme chez l'expatrié

    Bon, je vais me faire des cheveux blancs toute seule si je dis ça, mais tant pis je le dis quand même : cet été ça fera 5 ans qu'on est à Houston. Gloup's.

    Il y a 2 ans, je m'étais posée la question essentielle de savoir si j'étais bilingue. Le réponse est non, rassurez-vous, mais vous pouvez quand même retourner voir mon article ici si vous voulez vous moquer de moi, en me comparant au reste de ma petite famille : Suis-je bilingue ?

    Au bout de 4 ans et demi, je me demandais tout à l'heure où en était mon niveau d'anglais. Comme j'étais à un feu en voiture et que c'était long, long, long, j'ai eu le temps d'élaborer une théorie : les différentes étapes du bilinguisme chez l'expatrié.

    Je vous explique le concept : j'ai remarqué que l'apprentissage d'une langue se fait par paliers. Un jour tu te surprends tout seul par la fluidité de ta prose, et le lendemain, tu te surprends tout seul avec tous ces mots qui ne veulent pas sortir dans le bon ordre de ta bouche. Pas de panique, c'est normal (enfin, je crois) ! C'est juste que tu es à la limite entre 2 paliers, et que selon ton état de fatigue, l'heure de la journée et l'âge du capitaine, tu t'en sors plus ou moins bien... Après, ça rentre dans l'ordre.

     

    Les différentes étapes du bilinguisme

     

    Je vais essayer de vous résumer ma théorie du bilinguisme chez l'expatrié, d'après ma petite expérience (amis linguistes qui me lisez, pas d'affolement, je vais encore peaufiner ma théorie avant d'essayer de rentrer à l'académie française...).

    Stade 1 : tu viens d'arriver, tu comprends rien, tu parles pas. Simple, rapide, mais pas très efficace.

    Stade 2 : tu commences à comprendre quelques bribes de conversation si tu écoutes un seul interlocuteur. Dès qu'il y a un groupe, tu te mets à penser à ta liste de courses. Niveau parler, tu as de la peine pour les gens en face qui essaient de ne pas décrocher en t'écoutant ramer.

    Stade 3 : Youhou, tu comprends enfin mieux ! Bon tu passes à côté des blagues et du langage familier, mais si ton interlocuteur n'a pas un trop fort accent, tu peux à peu près suivre (en très gros, quoi...) Tu commences à pouvoir t'exprimer avec des mots dont tu ne soupçonnais même pas l'existence quelques mois plus tôt. Il faut juste pas d'imprévus. Les Mormons qui sonnent à ta porte pour te refiler la Bible, t'aimes pas. T'as pas encore le vocabulaire pour t'en dépêtrer.

    Stade 4 : Là, tu commences à pavaner. Tu comprends, tu participes à peu près aux conversations (petite astuce de sioux : ne finis pas ta phrase si tu galères, laisse la en suspens... y'en a forcément un qui prend pitié de toi à un moment pour t'aider à terminer sans que ça se voit trop...). Tu commences même à envoyer des sms en anglais, en te disant que quand tu seras milliardaire, tu feras inventer un système qui auto-détruit les messages approximatifs (les écrits restent...). Et alors là, ATTENTION, faut pas trop t'endormir sur tes lauriers, parce que tu repasses assez vite du stade 4 au stade 3. Tu sais pas pourquoi, d'un coup, pfiout, t'as tout oublié. Et tu galères avec tes Mormons.

    Stade 5 : tu es devenu beaucoup plus humble. Au début, tu as l'excuse que ça fait pas longtemps que tu es là. Là, tu l'as plus. Alors de temps en temps tu joues le tout pour le tout, et tu balances un petit "he would have been", "he could have done" et tu pars vite en courant. Le pire, c'est que parfois ça passe ! Alors tu reviens en sifflotant, comme si c'était ta seconde nature de parler au plus-perfect antérieur. Dans tes jours de folie, tu te mets à écrire quelques mails. Et tu te demandes comment terminer ton message, histoire de ne pas mettre "Bisous" à ton directeur.

    Stade 6 (j'en suis là) : Tu te surprends un beau matin à comprendre la radio. Ouais, la radio. Avec des vrais gens, qui parlent, rigolent, font des blagues, posent des questions dans une langue qui n'est pas la tienne. Alors certes, parfois tu rates un ou deux trucs, mais waouh, tu comprends la radio ! Et tu comprends que tu comprends les paroles de chansons. Et tu comprends que c'était mieux avant (* voir ci-dessus, parce que vraiment, c'était mieux avant). Tu en es au stade où tu passes d'une langue à une autre sans t'en rendre compte, et parfois tu ne sais plus dans quelle langue tu as parlé. Tu écris des mails sans avoir 18 de tension. Pour autant, tu es loin d'être bilingue, très très loin. Il te manque toutes les expressions, le langage familier et les références culturelles. Mais quand les Mormons sonnent chez toi, zou, expédiés !

     

    Les différentes étapes du bilinguisme chez l'expatrié

     

    Voilà, j'ai hâte de connaître les stades suivants maintenant, même si je pense que je vais stagner encore un bon moment au niveau 6 (sans compter les inévitables retours aux stades inférieurs parce que c'est un soir de pleine lune, que ton équipe de football américain a manqué un touchdown ou que tu as vu un escargot pendant ta balade dominicale).

     

    Amis expatriés, vous reconnaissez vous dans cette description ? Racontez-nous vos expériences !

     

    * Non mais là faut que je vous raconte, Un jour j'ai BUGUE en voiture, grave. J'écoutais la chanson de Dire Strait "Money for Nothing". Bah en fait j'ai compris qu'ils parlaient de leur électroménager. Non mais... pourquoi ?!

    We gotta install microwave ovens
    Custom kitchen deliveriiiiiiiiiiiies
    We gotta move these refrigerators
    We gotta move these colour TVVVVVVV's

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Tif
    Vendredi 1er Avril 2016 à 14:36

    Je crois que j'en suis au même stade que toi du moins pour la comprehension mais l'expression orale cest  une autre histoire. Et parfois, pour qui pourquoi...je  redescends au stade 3 et la tu te dis "merde y a encore du boulot"!!!

      • Samedi 2 Avril 2016 à 14:22

        Tu m'étonnes qu'il y a encore du boulot... je me le dis tous les jours ! happy

    2
    Pascaline
    Vendredi 1er Avril 2016 à 22:55

    Mdr les mormons!!!he

      • Samedi 2 Avril 2016 à 14:23

        Ah, merci de relever ma copine ! Je me suis faite marrer toute seule avec ça, et je suis contente de voir que ça te fait rire aussi ! T'es pas ma copine pour rien !

    3
    nico@rei
    Vendredi 1er Avril 2016 à 23:41

    Pareil la déception quand tu commences à comprendre les chansons. Du coup, j'ai adopté une technique de l'enfer, je fais plus attention aux paroles :)

    En même temps si  tu te souviens bien le clip des dire straits, c'etait mario et luiggi en train de livrer de l'electromenager ....

      • Samedi 2 Avril 2016 à 14:24

        Ah ah, je vais aller voir le clip, je ne me souviens pas ! J'essaie de faire moins attention aux paroles maintenant car finalement ça casse souvent des mythes !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :