• Quand l'expatrié part en vacances en France...

    Un ami m'a envoyé récemment un article qui parle des paradoxes de l'expatrié en vacances : http://www.topito.com/top-expatrie-vacances

     

    Comme nous venons juste de rentrer de France, j'ai eu envie de reprendre l'idée de ce petit texte et de l'adapter à ma sauce. Voici donc ma vision de l'expatrié en vacances !

     

    1. L'expatrié ne rentre pas en France, mais il va en France. La nuance paraît légère mais c'est ce qui change tout ! Notre vol aller, c'est votre vol retour.

     

    2. L'expatrié réapprend sa géographie en un temps record. Houston - Paris - Porto - Paris - Lyon - Loire - Lyon - Valence - Var - Alpes de Haute Provence - Marseille - Toulouse - Marseille - Lyon - Loire - Lyon - Paris - Houston... Même pas peur... en 6 semaines... avec une puce de 2 ans... même que je l'ai fait... même que je le referai pas...

     

    3. L'expatrié se livre à des équations bagagétistes hasardeuses. Soit une famille X qui compte Y personnes. Sachant que le nombre de bagages ne doit pas dépasser Y et qu'une valise Z est dédiée aux cadeaux à l'aller et aux pâtés-crème de marron-Bastogne (snif) au retour, comment faire tenir les vêtements chauds-froids-de pluie-de plage-de randonnée de Y personnes dans Y-1 valises ? Et là, pour le retour, vous avez le droit de vous énerver tout seul contre vous-même d'avoir été faible devant le rayon "Nouveautés de la Rentrée" de votre petite librairie.

      

    4. L'expatrié vit parfois des journées de 31 heures. Alors quand on a 20 ans et qu'on part le coeur léger en vacances au bout du monde, qu'on regarde 3 fois de suite Le seigneur des anneaux version longue remasterisée dans l'avion et que - hop hop hop - on se remet du décalage horaire le jour même de l'arrivée, c'est super rigolo. Quand on n'a plus 20 ans et qu'en prime on voyage avec 2 enfants, ça fait vachement moins rêver d'un coup. Non mais sans blague, moi à chaque voyage c'est pas 7h de plus que je prends dans ma journée, c'est 10 ans.

     

    5. L'expatrié vend du rêve. Mais si, parce que la planche à découper en forme de Texas, c'est sssssssoooooo typique ! Et on rigole pas, parce que je l'ai offerte celle là cette année, avec les dessous de plats décorés de santiags et de chapeaux de cow boys...


    6. L'expatrié vit Noël, son anniversaire, sa fête, ceux de son conjoint et de ses enfants en une seule soirée. C'est sûr que sur le coup c'est la fête, bon après ça complexifie léger léger le problème des bagages. Bof, de toute façon, c'était déjà mal parti cette histoire de bagages...

       

    7. L'expatrié rééquilibre la balance commerciale française à chaque séjour. Parce que non content de ramener la moitié du rayon de Carrouf en épicerie fine, l'expatrié dévalise également la pharmacie, la librairie et le buraliste... Dixit la fille qui distille ses galettes bretonnes de LU au compte-goutte, parce que bon, faut tenir un an sur les réserves après.

     

    8. L'expatrié a foi en la médecine de son pays d'origine. Dentiste, gynéco, pédiatre, scanner du doigt de pied, prises de sang et ophtalmo, tout y passe ! Enfin un pays civilisé où les médecins parlent une langue normale qu'on comprend ! Bon après, faut juste bien être au clair avec votre mutuelle d'expat, parce que je peux vous dire que quand on doit avancer les frais dans son propre pays, même la France, bah ça fait mal au portefeuille quand même, hein... (et je parle en connaissance de cause, j'vous rappelle juste qu'il y a 1 mois et demi on s'est fait 2 jours aux urgences en France pour une herpangine - une quoi ? - mais si, une herpangine voyons !)

     

    9. L'expatrié revisite la gastronomie française comme s'il ne devait pas y avoir de lendemain. Huîtres, choucroute et tartiflette, le tout en un seul repas, on sait jamais... Et non, il n'a jamais été écrit nulle part qu'il fait trop chaud le 26 juillet pour savourer une bonne raclette.

     

    10. L'expatrié savoure son séjour à 200 %. Bons repas partagés, moments privilégiés, souvenirs gravés... En tout cas, c'est mon cas, je profite à fond des miens pour recharger les batteries pour la longue traversée en solitaire qui m'attend, et c'est grâce à cette belle énergie que je suis capable de poursuivre cette superbe aventure qu'est l'expatriation.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Les canadiens
    Mardi 15 Octobre 2013 à 05:16

    J'adore!!!! Perso j'ai préféré ton article à celui du lien!!! 

    Sur ce, bonne nuit Houston! 

    Bises à tous les 4

    2
    Maman D
    Mardi 15 Octobre 2013 à 09:16
    Maman D

    Comme toujours un vrai régal.

    Maman D

    3
    cleo17fr
    Mardi 15 Octobre 2013 à 19:00

    La raclette l'été ! Faut être expat pour comprendre....et je peux dire qu'en plein été, il m'est arrivé de fare Super U + marché + traiteur pour trouver de quoi faire une raclette pour dix ! :-D

    Je te parle même de l'année où une amie nous a proposé la dernière nouveauté du siècle pcq ca change du jambon : lejambon de dinde.....je passais l'année à en manger ! Soupe à la grimace ! :-D

    Et quand 'jetais lycéenne, je me ramenais mon gros sac de bonbons au poids ( oui c'etait l'Egypte donc là même niveau bonbons...)....et quand je mangeais, la dernière fraise tagada vers les vacances de la Toussaint, c'était juste la fin de la fin des restes de vacances d'été....

    4
    Mercredi 16 Octobre 2013 à 03:44

    Merci pour vos comm'

    Cleo, on sent une grande expérience d'expat !

    5
    PascaMarilou
    Vendredi 18 Octobre 2013 à 10:19

    11-L'expatriee casse donc les pieds a tout son entourage pour qu'on lui ramene de la levure ALSA en sachet rose, du sucre vanille, des carambars de grand-mere, du dentifrice ELMEX, des sachets de solute de rehydratation et du Gaviscon! T'as pas besoin d'un brumisateur pendant qu'on y est???!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :